News

A l'Ile Maurice, British American Tobacco défend sa vision très particulière de la RSE

27/05/2004

Nous ne résistons pas au fait de vous proposer un extrait d'un article publié le 27 mai dernier dans « l'express.mu », un quotidien en ligne de l'Ile Maurice, où l'on voit BAT (à l'occasion de la journée mondiale antitabac de l'OMS) justifier les ravages induits par ses produits par son impact sur le développement économique ...

... Valérie Legrigore, du département communication de la British American Tobacco (BAT) Maurice, déclare : A la BAT, nous acceptons que nos produits posent des risques de santé et nous sommes au courant de la responsabilité encourue par cette industrie.

Invitée à commenter le thème de l'édition 2004 de la Journée mondiale antitabac, Valérie Legrigore choisit d'argumenter sur l'apport économique de cette industrie. Plus de 86 000 personnes sont directement ou indirectement associées à la BAT à travers le monde. Nous contribuons pour plus de 13,5 milliards de livres sterlings aux gouvernements sous forme de taxes et de droits d'accises sur nos produits. A Maurice, l'industrie du tabac contribue plus de 7 % aux caisses de l'Etat à travers la taxe, ce qui représente plus de Rs 5 millions par jour. Plus de 10 000 personnes sont d'ailleurs directement ou indirectement associées à cette industrie.


Responsabilité des producteurs

Et de vanter ce que fait la BAT en matière de responsabilité sociale de l'entreprise. Nous avons mis en place des programmes sociaux opérant sur trois secteurs : l'éducation, l'environnement et l'entrepreneuriat afin d'aider les plus démunis et la société en général. L'Undergraduate Scholarship Scheme vise à aider financièrement des étudiants souhaitant entrer à l'université de Maurice, le Start-Up Scheme aide les jeunes à monter leur propre entreprise et le Capacity Building Project offre des cours spécialisés aux chômeurs pour les aider à trouver du travail.

Presque toutes les entreprises font du social ces temps-ci, pourrait-on rétorquer. C'est à la mode. Et cela peut donner bonne conscience. Mais les industries du tabac ne pourront jamais compenser les maladies causées par la nicotine, ni les pauvretés sociales et affectives dues à la consommation de la cigarette, ni les pertes économiques des pays dont les gouvernement.

(Article publié le jeudi 27 mai 2004 sur l'express.mu). © Copyright 2004 l'express.mu/La Sentinelle. Tous droits réservés.